Entrevoir les possibles

18/02/2021

Entrevoir les possibles

Je partageais ce thème de réflexion il y a quelques jours au sein de ma communauté Les Coeurs Ambitieux :

« On a tendance à tout compartimenter dans nos vies. On passe à côté de nos plus grands projets et rêves car on se dit que sinon, on aura moins de temps pour autre chose. Alors que tout est imbriqué et intriqué : si je suis heureuse et que je m’épanouis dans un domaine, cela rejaillit sur le ou les autre-s et va m’apporter une énergie d’expansion illimitée.

On dit que le temps n’est pas extensible : c’est faux ! Il n’y a rien de plus malléable que le temps. Si je mets mon énergie dans quelque chose car je sens que c’est juste et aligné, alors le reste suit et se met en place naturellement autour de cela. J’aime penser à l’image de vases communicants. »

 

Un nouveau paradigme

Il m’en aura fallu du temps pour arriver à cet état d’esprit et surtout intégrer ce mode de pensée.
Durant de nombreuses années, je pensais que l’on ne pouvait être heureux que dans un domaine de vie, celui où l’on mettait le plus d’énergie.
Et que l’on devait accepter de ne pas pouvoir réaliser tout ce qu’on désire.

J’ai surtout longtemps cru qu’il n’était pas possible de s’épanouir pleinement en tant que maman si on travaille, encore moins en étant entrepreneure.
Et inversement : une entrepreneure qui réussit n’a certainement pas une famille à gérer.
Pensées limitantes.

Eh bien la vie m’a montré que je me trompais remarquablement.
Et je l’en remercie, car je serais passée à côté de bien des choses sinon.
Le fait de comprendre cela permet aussi de le partager et créer une nouvelle énergie collective du « tout est possible ».
C’est cela que je trouve beau et qui m’anime particulièrement à l’heure actuelle au sein de ce que j’entreprends.

 

Les compartiments

Les compartiments ont commencé à prendre forme très tôt chez moi :

 

1. L’Amour et la relation de couple

Je ne me voyais pas mariée mais plutôt à voyager partout dans le monde et surtout, je tenais à mon indépendance en pensant qu’une relation stable sur le long terme n’était pas compatible.

J’aimais beaucoup sortir danser et faire la fête, on m’a répété à maintes reprises que ce n’est pas dans cet univers que je rencontrerais quelqu’un de bien.

Quand j’ai finalement fait la connaissance de mon futur mari dans une discothèque (eh oui !), avec qui j’ai encore plus aimé voyager et n’ai jamais ressenti aucune entrave à cette liberté qui m’était si chère, j’ai accepté de l’épouser seulement une année après.
Et l’année suivante nous nous sommes mariés. C’est aussi à ce moment-là que me suis lancée dans l’entrepreneuriat.
Bon, ça faisait beaucoup. Alors encore très loin de moi l’idée d’envisager d’être maman.
Je pensais que l’on était tout simplement bien comme ça.
Et à nouveau, que l’on ne pouvait pas tout avoir.
D’ailleurs, je sortais d’une hécatombe dans mon parcours d’employée, qui me confortait dans le fait que quand ça va bien d’un côté, ça va forcément mal de l’autre.

 

2. La parentalité

L’amour grandissant, l’envie est finalement et naturellement née de devenir parents. Ça nous faisait peur à tous les deux. On s’est lancé sans trop d’attentes. Et la vie nous a offert le plus beau des cadeaux, notre merveilleuse petite Gaïa.

Les premiers temps ont été très compliqués. Nous étions sous l’eau, désorientés. Sous un tsunami d’amour, certes, mais aussi dans un tsunami tout court. La maternité n’avait rien de facile ni de parfaitement idyllique. Je n’aurais jamais osé l’avouer à l’époque, c’est tellement tabou. Pourtant, si j’avais su à quel point nous sommes nombreuses à ressentir cela !

Je me demandais comment d’autres parents ont le courage de refaire un enfant rapidement. De notre côté, nous donnions toute notre énergie à notre petite. Et je devais aussi me dévouer à mon entreprise qui débutait, si je ne voulais pas que ce rêve s’écroule.

 

3. L’entrepreneuriat

Entretemps, j’avais retrouvé un emploi qui cochait toutes les cases du job idéal. Mais ma volonté d’entreprendre était plus forte, alors j’ai pris le risque de m’y lancer pleinement, avec la ferme intention de m’occuper le plus possible de notre bébé. C’est là que sont réapparus les doutes et les cases : comment tout gérer en même temps et le faire bien, pour moi la perfectionniste qui ne cautionne pas l’entre-deux ?

Première constatation : quand on n’a pas le choix, on fait.
Et quand on n’a pas le temps de se poser des questions, on agit.
A l’instinct.
Et ça marche.

Au-delà de ça, on développe des capacités insoupçonnées, celles qui viennent des tripes et du cœur.
On n’est plus dans le mental.
On n’est plus dans une dimension purement physique.
On est dans le Vrai.

C’est à partir de cela que j’ai construit mon identité de maman comme celle d’entrepreneure.
Et c’est aussi à ce moment-là que j’ai commencé à comprendre comment ces domaines pourtant si différents pouvaient toutefois s’intriquer.

J’ai développé une nouvelle vision de la vie, avec moins de frontières, moins de limites. Mais aussi moins de ces cases qui m’étaient si chères car si rassurantes. Pas facile de lâcher ce dont on a l’habitude pour plonger dans l’inconnu.

Je me suis maintes fois culpabilisée alors que je recommençais à suivre cette intuition.
Comment pouvais-je penser que cela serait suffisant ?
Comment oser faire confiance à un « simple » sentiment ?
Et comment imaginer que cela pouvait bel et bien me permettre d’aller plus loin, alors que ce n’est pas cela qu’on nous enseigne et apprend à la base ?

 

4. Et…

Notre fille a grandi, mon entreprise aussi, et notre amour également. De nouvelles nuances ont vu le jour au fil des années. Nous étions bien à trois, ayant trouvé un parfait équilibre et n’envisageant pas d’agrandir notre famille. Surtout à mon âge, tiens (ah, les préjugés…).

Puis nous sommes partis voyager durant 2 mois en Australie. Est-ce le fait d’être dans de si grands espaces qui a ouvert notre champ des possibles ? Au retour, une vision exactement similaire lors d’une journée et situation bien particulières.

J’avais pourtant fait le deuil d’une nouvelle maternité.
Je croyais.
Car lorsque nous avons réalisé avec mon mari que la même pensée nous avait traversé l’esprit au même moment, ce n’est pas une éventualité mais une évidence qui a sonné.
Une fois de plus, c’est ce cœur et cette intuition que nous avons écoutés.

4 mois plus tard nous apprenions que la vie nous gâtait une nouvelle fois.

Première réaction : WOOOW. Alors nous y voilà. Mérite-t-on tout cela ?

Puis, même si nous avons toujours agi en pleine conscience et volonté, voilà ce cher pragmatisme qui ne se laisse pas si facilement oublier et revient en courant : « Mais comment allons-nous faire ? »

Mon mari n’a plus d’emploi.
Nous sommes en plein contexte covid.
Je me bats pour continuer à faire ce que j’aime et qui m’anime tant.
L’émotion se teinte de crainte.
Comment être à la hauteur ?

 

Pourtant

C’est en repensant à ces dernières années que je m’apaise malgré les défis auxquels nous sommes bel et bien confrontés.
Car j’ai appris et je sais.
Que ce n’est pas parce qu’une porte s’ouvre qu’une autre se ferme forcément.
Que le bonheur ne s’arrête pas à un axe de vie au détriment des autres.
Que c’est en s’alignant sur ce que l’on désire et sur son intégrité que tout se met en place.
Comme des vases communicants.
Qui parviennent parfaitement à s’adapter, quoiqu’il arrive et pourvu que l’on fasse Confiance.
Qu’on sache entrevoir les possibles.
Et au-delà.

 

P.S.

Partager tout ce que je sais et tout ce que j’ai réalisé pour créer un Entrepreneuriat d’Amour, c’est une passion.
Je sais aussi que rien ne vaut le sur-mesure pour aller plus loin et atteindre tes rêves, souvent même au-delà de ce que tu imagines.

Avant de prendre du temps précieux pour donner la vie et marquer une pause, je mets 3 dernières places à disposition pour un accompagnement PREMIUM durant le mois de mars.

Si tu veux faire décoller ton entreprise et surtout en cette période particulière, c’est le moment ou jamais !

 

Photo : Céline Mugnier

journaling

JOURNALING

Accède à ta propre magie grâce au Journaling

Mon programme phare à tout petit prix ! Profites-en vite.

Commentaires