Entrepreneuriat, voyage, amour : quand les passions s’intriquent

15/01/2020

Concilier entrepreneuriat et voyages

On me l’aurait dit il y a 6 ans, je n’y aurais pas cru.

Partir 2 mois voyager librement en famille à l’autre bout du monde, en faisant tourner une entreprise en pleine expansion…. J’aurais certainement souri, rêvé aussi.

Peut-être que j’aurais pensé cela possible pour les personnes qui vivent d’un business online ou qui ont une équipe derrière eux. Ni l’un ni l’autre ne sont mon cas.

Cette folle idée n’a pourtant jamais véritablement quitté un coin de ma tête. J’ai toujours aimé partir à l’aventure, et chacun de mes longs voyages a été source d’un immense développement personnel à vitesse fulgurante.

 

D’aventure en aventures

J’ai beaucoup baroudé seule dans mes jeunes années. Quand j’ai rencontré mon mari, nous avons continué à sillonner le monde ensemble. Et lorsque notre fille est née, nous avons mis les grands voyages en mode pause durant les premières années qui n’ont pas été faciles. Avec l’espoir commun de pouvoir bientôt poursuivre nos périples à trois, et de faire découvrir la planète à notre petite Gaïa qui la porte déjà en elle comme dans son prénom.

En parallèle, j’ai lancé mon entreprise et l’on sait à quel point les premières années sont cruciales. J’ai voyagé d’une autre manière durant celles-ci…
 

Conscience, évidence

Et puis il y a un an, nous avons senti que c’était le moment ou jamais de planifier cela. Le temps passe vite, l’école va bientôt débuter pour notre fille et il sera certainement bien plus complexe d’organiser un tel périple par la suite.

Mais surtout… Le besoin de se retrouver était vital. En famille, en couple, pouvoir s’accorder tout notre temps et écoute les uns aux autres en étant en total alignement avec notre flow, hors du stress et de la routine quotidiens.

L’équilibre familial comme amoureux n’est jamais acquis et il devient parfois fragile.
Je préconise régulièrement l’importance du temps à prendre pour soi et à donner à son partenaire.

A mon tour de l’appliquer et de l’incarner en toute puissance.
 

voyage en famille quand on est entrepreneur
Vers la grande barrière de corail en amoureux

 

La préparation

Nous avons posé l’intention, commencé à dessiner ce projet : choix de de la destination, définition du budget et surtout confirmation de la faisabilité.

Tout d’abord, en effectuant les demandes auprès de l’employeur de mon mari et de la garderie de notre fille afin qu’elle ne perde pas sa place. Une réponse favorable de part et d’autre, l’élan était donné.

De mon côté, cela a nécessité organisation, souplesse et adaptation. De ma part comme de celle de mes couples, très compréhensifs à l’idée de me savoir au bout du monde pendant 2 mois. La période définie était idéale, cela m’a néanmoins demandé d’investir beaucoup d’énergie pour préparer mon absence. En particulier durant les semaines précédant le voyage, où de nombreuses choses ont commencé à se mettre en place pour les accompagnements aux mariages 2020.
Je savais que tout cela en valait largement la peine.

Cette énergie, je l’ai récupérée x2 à mon retour.

Nous avons eu énormément de chance que tout se déroule selon nos souhaits et que nous puissions faire de notre rêve une réalité. Cela aussi pour dire que rien n’est impossible quand on désire quelque chose avec tout son coeur.

La destination qui nous a semblé idéale est l’Australie. Pour une telle durée, autant partir très loin, là où nous n’aurions certainement pas eu l’occasion d’aller autrement. En plus, l’Australie est un pays parfaitement adapté aux voyages en famille.

Afin d’être complètement libres et de profiter pleinement de l’aventure, nous avons choisi de vivre et de nous déplacer en mobile home.
 

entrepreneuriat et voyage
Mon bureau mobile à Cairns

 

Vacances ou travail ?

Voilà la question cruciale. Quand on part si longtemps alors qu’on est responsable de son entreprise, comment concilier le tout ?

J’ai opté pour ce qui m’a semblé être un juste équilibre : durant le premier mois, je me suis connectée dès que je le pouvais (quasi quotidiennement) pour assurer le flux de mon travail et répondre aux différents messages et demandes. Je profitais la journée avec ma famille et me mettais au travail en soirée quand nous avions du wifi en arrivant au camping.

J’ai rédigé des emails dans des endroits incroyables et réalisé mes tâches administratives avec des cartes postales en toile de fond. Voilà comment faire aimer la compta à quelqu’un qui déteste ça 😉

Durant le deuxième mois, j’ai choisi de faire un break complet. Ce fut le cas mais je vais être honnête : mettre mon cerveau sur off n’est tout simplement pas possible et j’en ai eu la preuve à nouveau. Je l’assume et l’accepte. Je doute d’ailleurs que cela soit faisable quand on est entrepreneur(e) et passionné(e). Cela ne m’a heureusement pas empêchée de profiter pleinement et de savourer ce temps privilégié en famille.

Tout d’abord, j’ai déconnecté… et accueilli. L’Amour et le partage avec les 2 personnes que je chéris le plus au monde, la notion du temps retrouvé, le bonheur d’aller à son propre rythme, la découverte, l’immensité et la beauté de la nature, l’ouverture des horizons en très très grand, l’Aventure comme je l’affectionne tant.

Prendre du recul m’a aussi permis d’accueillir de nouvelles sensations, un grand élan, des idées, une vision déployée. Et forcément, cela est en lien avec qui je suis, ce que je fais et comment je le diffuse au quotidien. Tant au niveau personnel que professionnel, car mon métier fait intégralement partie de ma vie. Je reviens avec la tête fraîche et des sentiments clairs sur l’orientation que je vais donner à 2020.

S’accorder sur ses propres limites, c’est parfois aussi admettre que celles-ci soient subtiles.

Je suis partie pour retrouver partage, liberté et nouveauté. Cela m’a été offert de manière décuplée.

Je vous prépare bientôt un article sur le résultat de toute cette introspection, ainsi qu’un album des images qui ont marqué notre parcours.

With Love,
Marylin

Commentaires